Voir plus. Vivre plus.

Observatoire Essilor : Bonne vision au volant : Selon 4 Français sur 5, des progrès restent à faire

Voir plus. Vivre plus.

Observatoire Essilor : Bonne vision au volant : Selon 4 Français sur 5, des progrès restent à faire

 

Bonne vision au volant : Selon 4 Français sur 5, des progrès restent à faire 1

 

Et ils ont raison ! 1 personne sur 5 présente un défaut visuel non ou mal corrigé en France 2, soit 8 millions de personnes. Lorsque l’on sait que la majorité des informations nécessaires pour la conduite passe par la vue, cela interpelle inévitablement. Face à ce constat, un travail de sensibilisation et surtout des mesures concrètes sont nécessaires pour faire évoluer les comportements.

 

Au volant, bien voir est essentiel pour la sécurité de tous. Il est bien sûr indispensable de voir net de loin pour visualiser la route et apprécier les distances, mais aussi d’avoir un champ visuel suffisamment large pour anticiper l’arrivée d’un véhicule ou d’un piéton. La multiplication des outils de navigation nécessite également une vision précise à distance intermédiaire, au niveau du tableau de bord. Enfin, les phénomènes d’éblouissement sont fréquents de jour comme de nuit et peuvent faire baisser la performance visuelle au volant.
« En France, un travail considérable a été effectué ces dernières années pour améliorer la sécurité routière. L’importance d’une bonne vision au volant est cependant toujours méconnue. Il s’agit pourtant d’un enjeu majeur pour la sécurité routière en France et nous appelons à l’organisation de campagnes de sensibilisation de grande ampleur, sur le modèle de celles réalisées contre l’alcool et l’usage du téléphone au volant. Nous sommes également favorables à la mise en place d’examens visuels dans le cadre du permis de conduire, comme il en existe dans d’autres pays européens. Cela permettrait aux conducteurs de détecter et corriger leurs défauts visuels, et ainsi d’améliorer la sécurité routière. » explique Alexandre Montague, directeur général d’Essilor France.

 

 

Les conseils d’Essilor pour allier bonne vision et sécurité routière

 

1 : Faire contrôler régulièrement sa vue

Il est recommandé de faire contrôler sa vue régulièrement, au minimum tous les 3 ans, ou dès l’apparition d’une baisse de la vision. La vue évolue avec le temps. Un défaut visuel peut apparaître et des lunettes qui étaient adaptées à un moment donné peuvent ne plus l’être.

 

2 : Porter ses lunettes

Si elles ne sont pas portées, des lunettes ou lentilles n’ont évidemment aucun effet. Il est de la responsabilité de chacun de porter ses lunettes au volant et d’inviter ses proches à en faire autant pour la sécurité de tous.

 

3 : Se protéger des éblouissements, de jour, comme de nuit !

De jour comme de nuit, il est primordial de se protéger de l’éblouissement qui entraîne un inconfort et réduit la performance visuelle. Soleil le jour, et phares la nuit, des verres adaptés permettent de limiter les gênes provoquées par les phénomènes d’éblouissement pour rouler en toute sécurité.

 

Les solutions d’Essilor pour la conduite

Avec deux nouveaux verres, EssidriveTM et Varilux® RoadPilotTM II, Essilor France met sur le marché une offre complète pour répondre aux besoins visuels des conducteurs quel que soit leur défaut de vision.

 

Sources 

  1. « Pour 4 Français sur 5, tout le monde ne conduit pas avec une bonne vision »
  2. Etude réalisée par Viavoice pour Essilor, du 18 au 20 février 2019, auprès d’un échantillon de 1006 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Données Essilor France établies à partir des résultats obtenus lors des actions de sensibilisation menées auprès du Grand Public, entre mai et septembre 2018, dans 11 villes françaises (Bordeaux, Dijon, Lille, Lyon, Lorient, Marseille, Metz, Montpellier, Nantes, Orléans et Rouen) auprès de 4905 personnes.
  3. European Council of Optometry and Optics, janvier 2017
  4. Marie et al., Cell Death and Disease, 2018
  5. Barrau et al ARVO 2018_in vitro PP of blue-filtering lenses_final
  6. La coupure de la lumière bleu-violet (400-455 nm) peut varier d’un matériau à l’autre et d’une teinte à l’autre.